close
TV Chronik TV Chronik
Search
[VCS] Desperate Housewives - 5.01

Desperate Housewives

Desperate Housewives
Episode 5.01, You’re Gonna Love Tomorrow, ABC
[Dim 28-09-08]

Attention spoilers ! L’article qui suit dévoile les intrigues de l’épisode.

Cinq ans ont passé, et nos femmes aux foyer sont plus que jamais désespérées, c’est le moins que l’on puisse dire…

Susan et Mike ne sont plus ensemble. Un accident de la route est venu bouleverser leur nid d’amour. Susan n’a pas cessé de se sentir coupable en songeant à la mère et son jeune enfant qui ont succombé au drame et en a voulu à Mike de ne pas être aussi touchée qu’elle. C’est ce qu’on découvre à un travers un court flashback qui nous montre très simplement l’origine de leur séparation. Aujourd’hui, Susan a un nouveau petit copain qu’elle cache à son voisinage. Il s’appelle Jackson, il est peintre, ressemble très étrangèrement à un ancien héros de Queer as Folk et à un autre de Vanished, aime bien montrer son torse nu comme tous les mâles fréquentant Wisteria Lane (enfin, la plupart), et commence à en avoir marre de voir sa copine seulement en cachette. Alors, il a beau essayé de faire un geste envers la brunette pour la secouer un peu (i.e. karaoké), mais rien n’y fait. L’accident semble avoir vraiment brisé Susan qui se refuse à être heureuse. Quant à Mike, il n’a pas disparu de la circulation puisqu’il vient chercher leur fils M.J. pour le week-end. Leur échange est froid, presque mécanique, Susan lui annonce qu’elle voit quelqu’un… Et je ne peux m’empêcher de penser lorsque celle-ci voit s’éloigner Mike de sa maison avec un air de chien battu que la série se terminera avec le couple Mike/Susan de nouveau ensemble. Pourvu que le voyage soit supportable.

De leurs côtés, Lynette et Tom ont de nouveaux des problèmes avec leurs jumeaux Preston et Porter comme dans les premières saisons de la série, sauf que ceux-ci sont désormais des ados de 16 ans. Des garçons toujours aussi effrontés dont Lynette se demande s’ils n’ont pas raté l’éducation à les voir agir de façon complètement stupides. Le problème, c’est que Tom les trouve cool (ce qu’il n’était pas vraiment à l’époque du lycée), et se rangent dans leur camp, annulant la punition de Lynette. Maligne, Lynette joue le coup à merveille en proposant aux jumeaux d’aller au bal avec la superbe décapotable de Tom. Forcément, celui-ci se met à flipper, et redevient un père responsable lorsque les garçons reviennent avec plus d’une demi-heure de retard. Je dois dire que j’ai beaucoup aimé cette scène où Tom engueule ses fils et abîme même sa bagnole (en cassant un rétro) pour montrer à ceux-ci qu’il n’est pas leur pote et qu’il ne plaisante pas. Touchant. Et comme la série sait remarquablement le faire, on passe en une seconde d’une scène dramatique à une scène comique lorsque Tom avoue à Lynette qu’il a a reperé une griffe sur le rétro et qu’il en a déjà commandé un neuf. J’imagine que les deux ados vont sûrement multiplier les bévues mais j’espère que la saison ne se résumera pas à cela pour les Scavo.

Gabrielle vit avec Carlos, qui est toujours aveugle, et élève deux filles. Finie la Gaby glamour des quatre premières saisons, la chica latina est désormaus bien trop occupée à s’occuper de son mari et de ses enfants et n’a plus le temps de soigner son apparence. On découvre une Gabrielle, un peu moins mince, mal coiffée et habillée très simplement. Idem pour Carlos qui porte un survêtement de l’équipe de foot d’Argentine. Gaby n’est pas une mauvaise mère mais elle semble manquer d’autorité, ce dont Carlos ne peut faire preuve étant donné son état, ce qui pourrait expliquer pourquoi ses deux filles ont quelques soucis de poids (mais ce n’est peut-être pas la bonne explication). Frustrée, Gaby force Juanita, l’aînée âgée de 4 ans, a faire un peu sport en essayant de rattraper sa voiture. Si ça peut prêter à sourire au premier abord, je dois dire que cette scène où la petite Juanita court dans le vide est assez limite. On a un peu de peine pour elle (enfin, non surtout pour la petite qui joue le rôle). Mais bien sûr, on est dans DH et on s’en sort par une pirouette avec Juanita qui monte dans le bus. L’intrigue rappelle un peu Lynette et ses gamins dans la première saison lorsqu’elle les avait abandonnés sur le bord de la route pour leur donner une leçon. Au final, on se rend compte que Gaby vit difficilement son rôle de mère de famille. Sa beauté s’est envolée (enfin… tout est relatif) et elle éprouve beaucoup de difficultés dans ce nouveau rôle. Sans compter Carlos et sa cécité. Comme femme au foyer désespérée, elle est servie…

Bree a monté avec succès un service de traiteur avec Katherine et sort son premier bouquin de recettes tandis qu’Andrew est devenu son conseiller. Survient un conflit entre les deux rousses, amorcé par le fait que Bree n’a pas crédité Katherine dans son livre à propos de plusieurs recettes. La confrontation se joue lors d’un reportage télé venu filmer Bree autour d’une recette dont seul Katherine connaît la manière de procéder. Je vous laisse imaginer la suite, c’est amusant mais trop prévisible et pas très passionnant… Le plus intéressant, c’est qu’on apprend par le biais d’un FB que Danielle a finit par reprendre son enfant (avec un avocat comme mari, elle en a profité la garce !). Bree se retrouve ainsi sans rien puisque cet événement est survenu au moment où elle était encore séparée d’Orson et s’est dès lors entièrement concentrée sur son travail pour oublier son malheur. Mais depuis, Orson est revenu à ses côtés. Comment ? Pourquoi ? On finira bien par l’apprendre.

Enfin, il y a le grand retour d’Edie, désormais mariée à Dave (campé par le charismatique Neil McDonough), qui ne peut s’empêcher de faire une entrée remarquée dans le quartier. Au point de sortir une belle vacherie sur le “nouveau look” de Gaby. Mais son mari, qui semble la mener à la baguette, la pousse à s’excuser aussitôt au point de recevoir les compliments de Lynette qui l’adore déjà. C’est justement ce que recherche celui-ci qui est venu s’installer à Wisteria Lane dans un but précis, mais dont on ignore encore tout. La seule chose qu’on apprend du bonhomme, c’est qu’il a fréquenté une sorte d’hôpital psychiatrique et qu’un fou dangereux sommeille en lui. Qui est il ? Que veut-il ? Voilà l’intrigue mystère de la saison. Puisse-t-elle être passionnante.

Une scène toute bête qui m’a bien fait rire sur le coup : Lee, l’un des deux gays (eh oui, ils sont toujours l), qui aperçoit Jackson sortir en sous-vêtement par la fenêtre de Susan, et le prend en photo avec son téléphone, comme si de rien n’était.

Ce season première est un bon épisode de reprise, la transition s’opèrant parfaitement entre les deux saisons : on retrouve la même ambiance, les mêmes personnages tout en ressentant le temps qui s’est écoulé, et la série s’offre une seconde jeunesse bienvenue. Les flashbacks sont judicieusement amenés et très bien réalisés. Reste maintenant à voir comment tout cela va évoluer…

(crédit photo : ABC)

Bookmark and Share

arrow3 Comments

  1. Boby
    7:30

    Ouch ! Assez risqué que de mettre tous ses spoilers en 1ère page direct !!

    Malgré la ligne d’avertissement, les yeux ne peuvent s’empêcher de se ballader plus bas….

  2. 10:56

    Je pense que les visiteurs sont assez malins mais par précaution, je vais quand même “couper” l’article plus haut. ;-)

  3. 5:50

    Le ressort scénaristiqe du pauvre … tu sais pas quoi faire avec tes personnages et ton intrigue ? Tu leur fait faire un bon de 5 ans en avant.

    Le bond dans le futur, bientôt dans Lost (quoiqu’avec les flash foowerd on y était presque), Prison Break et Heroes (si ces deux derniers survivent à cette saison bien sur…).

Leave A Comment

Articles similaires: